Encore un outil tranchant hérité de mon grand-père sarde. Et cette fois, c’est du fait maison. Une lame de serpe, fichée dans un long manche (un tube d’aluminium d’environ 1m50). Ça a l’air de pas grand chose comme ça, mais depuis six ans que je me bats contre les ronces, c’est de loin l’outil le plus efficace que j’ai eu entre les mains.

D’une part le long manche permet de rester à distance des épines. J’ai bossé hier en T-shirt et sans gants : mais pas la moindre égratignure. De plus, ce manche permet de prendre pas mal d’élan et d’avoir une force assez conséquente (un peu comme avec une faux).

La forme de la lame agrippe et coupe parfaitement ronces et arbustes au niveau du sol et sa solidité permet de ne pas craindre un caillou perdu.

Cadeau bonus : avec un peu d’habitude, on arrive dans un même geste à couper et mettre directement en tas.  Si ! Si !

Pour  les plus sceptiques voici la preuve en image :
Un taillis composé de ronces, prunus et rejets d’acacia. Taille : 4m x 2m sur 2m de haut.

Exactement 15minutes plus tard :
Plus de taillis et un beau tas de branche ! Impressionnant non ?

J’ai cherché sur le net une trace de cet outil formidable sans grand succès. J’ai juste trouvé trois noms en patois : un daille ou un gojard ou un gouya. Si quelqu’un connait un nom plus générique, merci de nous tenir au courant !

M.

Publicités