LE GRAND GUIDE DU POTAGER (édité aussi sous le nom « Votre Potager »)
John Seymour
Ed. Marabout ou Ed. Solar

Pour bien comprendre l’enjeu de ce livre il vaut mieux se fier à son titre original « The self-sufficient gardener » (le jardinier auto-suffisant). Car, nous le verrons, le cheval de bataille de Seymour c’est l’auto-suffisance. C’est donc en toute logique que ce livre va à l’efficace. Produire bien et en quantité suffisante sans fioriture ni chichi.
La méthode de culture qu’il préconise est celle, inspirée des jardins moyenâgeux dit « en carré »  : la culture sur couche. En gros on plante sur une grosse épaisseur de terre meuble ( plus que les 30cm d’un bêchage standard) afin de favoriser la profondeur des racines. On peut ainsi cultiver plus serré et les plantes seraient bien plus productives.
Une fois cette méthode expliquée, le livre détaille, légume par légume, fruit par fruit, les techniques de culture et de reproduction, les maladies et leurs soins, les dates des récoltes et les moyens de conservation. Le livre s’achève par un chapitre sur la culture en serre, un chapitre sur les recettes pour conserver les récoltes (salaison, congélation, stérilisation confiture chutney etc…) et enfin un gros chapitre « divers » qui aborde l’élevage en basse-cour, l’apiculture, l’entretien des outils et bien d’autres choses. Le livre est richement illustré de dessins fort clairs bien que quelque peu démodés.
Ce livre est donc à conseiller à ceux qui veulent des conseils concrets sur la culture d’un potager et d’un verger.

REVIVRE A LA CAMPAGNE
John Seymour
Ed. De Boré

Voilà le best-seller de Seymour vendu à plus d’un million d’exemplaires depuis les années 70 et régulièrement remis à jour par l’auteur jusqu’à sa mort en 2004.
Cette fois on ne plaisante plus, John Seymour nous propose ni plus ni moins  que de vivre en quasi autarcie ! Y sont abordés le potager et le verger bien sûr, mais aussi l’élevage (de la poule à la vache), la transformation des produits (du jambon au vin), les techniques artisanales (de la vannerie à la poterie) et bien d’autres choses encore telle que faire le choix entre une charrue à boeuf , un tracteur ou un motoculteur. On y apprendra aussi à récupérer l’eau, utiliser l’énergie solaire, faire un four à pain, ferrer un cheval etc… etc… C’est dire si ces 300 pages sont denses en informations.
Là encore de multiples illustrations (plus de 1000), au charme franchement suranné, viennent compléter les explications du texte. Alors, oui, évidemment, il ne faut pas s’imaginer qu’avec ce livre sous le bras, on va se transformer du jour au lendemain en fermier capable de subvenir à tous les besoins de sa famille. Mais cet ouvrage résoudra pas mal de problèmes concrets de celui qui souhaite (au minimum) consommer moins et retrouver le plaisir du « faire soi-même ». Et franchement il faut vraiment être fan de Bernard Tapi et accroc au monoxyde de carbone pour pas se prendre à rêver d’une vie de Robinson à la lecture de cette ode à la vie campagnarde.

Publicités