Pour casser les noisettes nous n’avions que des classiques casses-noix peu adaptés aux fruits de petite taille. L’an dernier j’avais acheté un casse-noisette « miracle » en promo : même problème, les grosses ça va, les petites ça va pas. Il fallait donc faire quelque chose !
J’ai donc découpé  deux morceaux dans une chute de planche et j’ai retrouvé une charnière récupérée sur un vieux meuble.

J’ai solidarisé les deux planches avec la charnière vissée. Sur la planche du bas j’ai fraisé un trou (pour y loger les noisettes) avec une fraise de défonceuse montée sur la perceuse. Sur la planche du haut, pour protéger le bois j’ai mis un clou à tête large et une rondelle métallique. A la ponceuse j’ai cassé les angles et les arrêtes des planchettes.

Réduit momentanément au silence par la sieste du petit, je me suis essayé à la gravure aux ciseaux à bois. C’est pas le bas-relief du siècle mais pour un premier coup d’essais, avec des outils franchement approximatifs, et un bois pas du tout adapté à ce genre de chose, je suis plutôt pas trop mécontent du résultat obtenu en une dizaine de minute à mains levée. C’est vraiment un domaine dans lequel je me lancerais bien à l’occasion.

Il ne me restait plus qu’à poncer le tout, teinter au brou de noix et protéger avec une couche d’huile d’olive chaude appliquée grassement au pinceaux.

Les enfants ont été ravis de procéder à la phase de test. Résultat des courses : ça marche très bien. Il faut juste apprendre à doser l’effort pour ne pas écraser la noisette en même temps que sa coque.

Publicités