Comme vous êtes des centaines de milliers à me demander des nouvelles quotidiennement en voici !!!

C’est dans la cave arrière que se poursuit le chantier. Nous avons deux caves, la première qui sert principalement d’atelier et celle-ci qui à l’origine abritait la vieille chaudière à bois. Nous avons décidé de l’aménager en espace de stockage pratique pour tout ce qui est jardinage (en hivers) et également pour garder bocaux, fruits, patates etc….

cave
Cette cave a une configuration assez particulière vu que le mur de droite est en fait le rocher sur lequel la maison est assise. De plus comme partout chez nous, le sol est en pente. Nous avons donc réalisé deux marches avec des briques pleines récupérées ça et là.

Toujours avec des chutes de briques, nous avons pavé la première partie. Les briques sont scellées avec un mortier de terre (1 volume de ciment, 1 volume de chaux, 4 volume de terre sableuse prise sur place). Le mortier à été mis à sec dans les joints puis nous avons arrosé au jet d’eau deux ou trois jours de suite.  A gauche (sous les dalles) nous avons coulé une bande de 40 cm de béton qui permettra d’assoir proprement des étagères. A droite il y avait déjà une chape (emplacement de l’ancienne chaudière) et au fond aussi (c’est là qu’ils rangeaient le bois). Il a juste fallut agrandir un peu celle-ci.

13-04-15 003 (Medium)Voilà le fameux « mur » en rocher. Quand il pleut beaucoup, l’eau sort par les failles comme s’il y avait une belle source. Cela ne pose pas de problème en soit vu qu’il y a une bouche de récupération Mais à force, la pierre (du schiste de Steige, très ferreux) de désagrège un peu.  Nous avons donc consolidé toutes les failles avec du mortier de chaux hydraulique. Pour permettre l’évacuation de l’eau en limitant le ruissellement  nous avons « planté » des tuyaux à chaque endroit stratégique.

Le pilier en grès rose donnait aussi quelques signes de faiblesse. Nous avons donc renforcé l’assise de la poutre par un mur en brique entre le pilier et le rocher.

13-04-15 007 (Medium)Au plafond,  il y avait le torchis d’origine. Comme c’est plutôt un bon isolant nous avons décidé de le garder. Nous avons augmenté l’isolation avec 7cm de laine de roche grâce à des dalles de faux plafonds récupérées (elle étaient destinée à la poubelle). Puis, pour nous prémunir de la poussière du torchis et pour masquer moult tuyaux et autres gaines électriques nous avons posé un lambris bas de gamme.

Maintenant nous allons passer le tout (murs et plafond) au lait de chaux pour assainir et blanchir tout ça, puis il faudra installer stratégiquement un nombre maximum de rangement.

Et pour le sol me direz-vous ! C. à fait très fort en nous dégotant sur un site bien connu de petites annonces pile la quantité voulue de magnifiques dalles en terre cuite 30x30cm bien épaisses et qui ont sans doute plus de cent ans.  La suite… bientôt !

13-04-15 005 (Medium)

 

 

Publicités

C. est allée acheter les céréales pour les poules chez un agriculteur. 50 kg de maïs et de blé pour 12€. Soit 24 centimes le kilo. Pour information, les graines les moins chères que j’avais trouvées en super-marché étaient à 85 centimes… Si tant est qu’ils les achètent en gros au même prix que moi (ce qui parait fort peu probable) ça leur laisse toujours une marge plutôt confortable à ces philanthropes qui luttent tous les jours pour  que nous vivions une belle et fantastique vie moins chère !

Sur le chantier du poulailler : mauvaise nouvelle, après un gros nettoyage, je me suis aperçu que tout le sol est recouvert de béton cellulaire. Les anciens proprios avaient du coller ça dans le but (illusoire) d’isoler un peu ce qui était une salle de bain. Pas moyen de laisser ça, vu que c’est poreux ça n’est pas lavable correctement et ça risquerait de « boire » les fientes… Bonjour l’odeur au bout d’un mois ! Je dégage donc tout ça au percuteur. Pas mal de temps perdu et en plus ça fera au moins un voyage supplémentaire  à la  déchetterie…

La bonne nouvelle : enfin une pluie sérieuse ! 11 mm d’eau ! Ouf ! Le potager va apprécier  !

 nous avons jetté : déchets ménager 30l. la météo : pluie 11mm
on a mangé Midi > œufs en meurette, salade – Soir > spaghetti bolognese
On a fait les courses: Coop 22€

Joie ! Enfin une vraie pluie ce matin ! 6 mm ! Ouf !

A force de porter comme un baudet (des cailloux, de l’eau, des fenêtres…)  j’ai réussi à me faire mal à la hanche. Rien de grave mais je suis privé de portage aujourd’hui. J’ai donc opté pour une activité plus soft : j’ai terminé le haut du mur en béton cellulaire, comme ça C. va pouvoir boucler le crépis.
Et puis la journée se termine très bien, il y a une magnifique côte de bœuf qui s’apprête à sauter sur le barbecue. De quoi soigner tous les maux !!
Sinon je vous encourage à écouter l’émission « Partir avec… » (France inter) de mardi dernier. Un dialogue passionnant  avec Nicolas Supiot un paysan boulanger plein de bons sens. Pour écouter c’est par ici.

M.

Après une petite matinée au boulot, il me reste l’après-midi pour me faire plaisir au jardin : je sème un rang de haricots verts qui prolongera la récolte. C »est le troisième rang, à raison d’un toutes les 2 semaines à peu près, car le haricot est un légume « fugitif » selon la paresseuse Patricia Beucher : il ne se récolte que durant 2 à 3 semaines (cf. Le beau jardin du paresseux). Je sème aussi des choux en pleine terre : des choux frisés qu’il faudra repiquer, et des choux cabus, ceux qu’on apprécie chez nous pour faire la choucroute, que je sème directement en place (je les éclaircirai pour garder un plan tous les 50 cm). Quelques graines de courgettes longues, directement en pleine terre, viennent remplacer les deux plans qui n’ont pas pris, piétinés et cassés par les gosses ou le chat, allez savoir. En pleine terre, ça marche aussi bien, mais la récolte est plus tardive, forcément. Les enfants dévorent les premières fraises (des gariguettes assez grosses et des mara des bois bien sucrées).

C.

nous avons fait un feu: barbecue  nous avons jetté : compost 15l la météo : 6mm de pluie le matin. beau l’après midi
semis du jour
on a mangé Midi > 2 aspèrge, 1 gratin de patate, 1 risoto – Soir > enfants : soupe légumes + pâté, parents : côte de boeuf patates sautées
on a retiré : 50 € On a fait les courses: boucher 16€50

Encore le mur !!! C. a continué l’enduit pendant que je travaillais à l’arrivée d’eau pour l’évier.

En fin de journée j’ai fait mon essai pour le haut du mur. Du béton, un morceau de gouttière pour lisser en rond… ça rend pas mal et ça permet d’absorber les irrégularités du mur !!!

Comme en plus j’ai chainé les blocs avec des clous et du fil de fer ça participera à la solidité de la structure.

Sinon ce matin ce fut, comme tous les mercredis, marché.. de la salade, des oeufs, des oignons, des patates, et de magnifiques épinards.

Épinards consommés ce soir avec un énorme gigot acheté chez mon petit dealer oriental… 50€ de gigot…. mais 3,400kg… bien utilisé nous verrons le prix de l’assiette. En attendant : gratin d’épinards à la crème et gigot simplement au four, nous nous sommes régalés !

Cela dit on l’avait bien mérité, entre le bain d’hier du petit et le grand bain des 3 aujourd’hui, nous avons récupéré (et donc monté sur le terrain avec des seaux) 250l. d’eau. Soit, d’après les recherches les plus récentes des physiciens : 250kg… Si on cherchait encore l’eau au puits, je pense qu’on baignerait moins les enfants ! Tout cela nous a permis de faire un peu de sport et surtout un arrosage complet du potager, pas du luxe vue la sécheresse que nous vivons en ce moment.

M.

  la météo : beau mais frais
Bac à semis, potager récupération d'eau 250l.
on a fait du pain 2,4kg on a mangé Midi > oeufs au plat – Soir > enfants : grondins riz, parents :gigot épinards
On a fait les courses: Lidl : 42€, orient marché : 48€, marché 10€