Juste à coté de la zone que je viens d’aménager (cf épisodes précédents) je veux me faire une zone où laisser ma scie pendulaire en permanence. Jusqu’ici elle était dans un placard et du coup le ne l’utilisais jamais par flemme de la sortir, lui trouver une place, la brancher….

Je me suis donc installé ce petit coin. Planches de caisse au mur, un plateau du bureau récupéré, des tasseaux en guise de pieds et voilà !

Au dessus j’ai mis une petite étagère inclinée pour y poser les chargeurs de batteries.

Puis une étagère pour les rabots.

Il fallait apporter le jus aussi.

Et enfin au dessus deux étagères (là on en voit qu’une) pour y poser mon électroportatif courant.

J’ai également installé mon lapidaire homemade et bricolé un petit rack a bacs pour ranger le matos du compresseur qui a trouvé sa place définitive. Et l’aspiro aussi.

Dans le reste de la pièce je me suis contenté d’un bon rangement. Pour l’installation définitive il faudra d’abord isoler le plafond; mais là, je n’ai ni le budget ni la motivation. Ça sera pour la saison 2.

J’ai pu récupérer cette vielle table de cuisine. Elle est super costaude et bien stable. Je vais donc la transformer en  établi. On en reparlera très bientôt.

A propos de table de cuisine, celle de ma grand-mère, en formica rouge, increvable, qui me servait avant d’établi, est maintenant réservé au travail du métal. J’y ai mis une grosse plaque d’acier pour la protéger, l’étau, un touret à meuler et le poste à souder. Même remarque que pour la scie pendulaire, maintenant que tout ça a une place définitive c’est prêt à l’emploi, plus de soucis de motivation à tout déballer, installer puis ranger, même pour un petit boulot.

Sous la table je me suis construit un bac sur roulette pour ranger tout les bouts de ferraille que je garde « okazoù ».

Et pour bien clôturer cette saison 1, je vous propose une petite visite en vidéo :

Publicités

Quand un jour tu rentres dans ton atelier avec, en tête, un beau projet à réaliser et que tu vois ça…. Faut se rendre à l’évidence, c’est vraiment plus possible ! La raison de tout ce bazar ? Très bonne question avisé lecteur que tu es ! Premièrement, je suis quelqu’un de naturellement assez bordélique, et je vis très bien avec, même si de temps en temps je suis pris d’une grande furie de rangement (mais c’est assez rare). Deuxièmement il y a eu de la nouveauté dans la cave. Une nouveauté qui prend pas mal de place et qui m’a obligé à démonter tout un espace de stockage et de rangement :
Deux cuves de récupération d’eau de 1000l. chacune. Nous reviendrons d’ailleurs sur le sujet dans un article dédié. Pour le moment, je vais profiter de la restructuration de cet espace pour l’organiser au mieux et commencer par là un aménagement global de l’atelier. Dans mon idée, cette partie sera celle du rangement des outils, de la visserie et, au dessus des cuves, des panneaux de bois. J’ai aussi dans l’idée d’y placer une table pour les travaux un peu de précision comme l’électronique car je suis assez loin de l’établi principal et donc de la poussière. En avant !

Je commence au plafond. Première chose : coffrer et isoler tout les tuyaux et gaines qui passent par là. Je fabrique donc des genres d’équerres en latte à toit pour y fixer des panneaux.

J’avais récupéré des planches d’étagère en agglo qui partaient à la poubelle. Coup de bol, suffisait de les couper en deux pour qu’elle s’ajustent à mon caisson. Elle sont super-moche mais j’y mettrai un petit coup de peinture. Au fur et à mesure je remplis de chutes de laine de verre pour isoler les tuyaux.

Puis c’est au tour du plafond à proprement parlé. J’ai suspendu un lattage pour passer en dessous des poutres et tuyaux et j’ai isolé avec de la laine de roche. Encore de la récup, c’est des dalles de faux plafond isolantes que j’ai récupéré au boulot lors du démontage d’une pièce. En en superposant trois ça me fait 10cm d’isolant. Ensuite je couvre le tout avec du labris déclassé premier prix de chez brico-machin. Vu la quantité qu’il y aura a poser dans toute la cave, j’ai investit dans un petit compresseur et un pistolet à clous. Un sacré gain de temps, surtout au plafond, parce que clouer, à la main, en l’air, c’est vraiment pas une sinécure !

Et voilà ! Avec un beau néon tout neuf pour un max de lumière le plafond est terminé ! J’ai également peins les caissons, on le voit mieux sur la photo suivante.

Je compte ranger mes panneaux de bois, à plat sur les cuves. Avec quelques planches de récup je fait donc une plateforme (avec une trappe au dessus de la cuve dans laquelle je pompe si je dois intervenir). J’ai également installé la pompe en hauteur sur une étagère.

Au sol je pose des plaques d’agglo que j’avais en stock. Pas du grand art mais ça sera plus facile à balayer que le béton brut de la dalle.

Le raccordement des cuves me collait des sueurs froides, un coup de pied maladroit, la chute d’un truc lourd et c’était le drame. Je décide donc de le coffrer pour le protéger.

Tant que j’y suis j’en profite pour transformer ça en trois rack où je pourrait ranger les truc long comme les baguettes, les tiges filetées etc…
Chutes d’agglo, planches de vieux meuble, lambris cassé, bout de tasseau : récup à gogo !

Plus qu’un petit coup de peinture pour cacher la misère 🙂

… à suivre …

Et voilà ! Ouf, youpi ! Le chantier de la cave est enfin bouclé.
Voilà le résumé des derniers épisodes :

cave1 (Medium)On a posé les dalles de terre cuite. Le jointoiement s’est fait avec un mélange chaux/sable posé à sec au balais puis arrosé au jet d’eau.
Les murs ont été passé au lait de chaux.

cave2 (Medium)Le mur coté rocher a été doté d’une gouttière (prise dans un mortier de chaux) au sol pour amener les eaux de ruissellement vers la bouche d’égout.

cave3 (Medium)Il y avait une double porte (très mal ajustée). On a décidé de se contenter d’un seul battant (bien ajusté cette fois). Pour combler le « manque » du deuxième ventail on a utilisé du bois de palette.

cave4 (Medium)Les premières étagères. A cet endroit, au sol, on a mis du gravier. D’une part parce qu’on avait pas assez de dalles, d’autre part pour  faire « tampon » si jamais il y a vraiment beaucoup de ruissellement par le rocher  (ça arrive lors de très gros orages).

  cave5 (Medium)Voilà toutes les étagères posées et c’est du 100% bois de récup’.  Budget total : 30€ de vis et d’équerres a tout casser.

cave6 (Medium)Avec le battant de porte qu’on a enlevé j’ai fabriqué une table.

Et donc ce week-end ça a été grand rangement. Le but : transférer tout ce qui est vélo, loisir, jardin et bocaux, en bazar un peu partout dans la maison, dans cette magnifique nouvelle pièce :
cave9 (Medium) cave7 (Medium) cave8 (Medium)On est ravis car si on a dégagé plein de place ailleurs, il reste également pas mal de place ici ! Cool !

Prochaine étape : la cave avant (l’atelier)

Comme vous êtes des centaines de milliers à me demander des nouvelles quotidiennement en voici !!!

C’est dans la cave arrière que se poursuit le chantier. Nous avons deux caves, la première qui sert principalement d’atelier et celle-ci qui à l’origine abritait la vieille chaudière à bois. Nous avons décidé de l’aménager en espace de stockage pratique pour tout ce qui est jardinage (en hivers) et également pour garder bocaux, fruits, patates etc….

cave
Cette cave a une configuration assez particulière vu que le mur de droite est en fait le rocher sur lequel la maison est assise. De plus comme partout chez nous, le sol est en pente. Nous avons donc réalisé deux marches avec des briques pleines récupérées ça et là.

Toujours avec des chutes de briques, nous avons pavé la première partie. Les briques sont scellées avec un mortier de terre (1 volume de ciment, 1 volume de chaux, 4 volume de terre sableuse prise sur place). Le mortier à été mis à sec dans les joints puis nous avons arrosé au jet d’eau deux ou trois jours de suite.  A gauche (sous les dalles) nous avons coulé une bande de 40 cm de béton qui permettra d’assoir proprement des étagères. A droite il y avait déjà une chape (emplacement de l’ancienne chaudière) et au fond aussi (c’est là qu’ils rangeaient le bois). Il a juste fallut agrandir un peu celle-ci.

13-04-15 003 (Medium)Voilà le fameux « mur » en rocher. Quand il pleut beaucoup, l’eau sort par les failles comme s’il y avait une belle source. Cela ne pose pas de problème en soit vu qu’il y a une bouche de récupération Mais à force, la pierre (du schiste de Steige, très ferreux) de désagrège un peu.  Nous avons donc consolidé toutes les failles avec du mortier de chaux hydraulique. Pour permettre l’évacuation de l’eau en limitant le ruissellement  nous avons « planté » des tuyaux à chaque endroit stratégique.

Le pilier en grès rose donnait aussi quelques signes de faiblesse. Nous avons donc renforcé l’assise de la poutre par un mur en brique entre le pilier et le rocher.

13-04-15 007 (Medium)Au plafond,  il y avait le torchis d’origine. Comme c’est plutôt un bon isolant nous avons décidé de le garder. Nous avons augmenté l’isolation avec 7cm de laine de roche grâce à des dalles de faux plafonds récupérées (elle étaient destinée à la poubelle). Puis, pour nous prémunir de la poussière du torchis et pour masquer moult tuyaux et autres gaines électriques nous avons posé un lambris bas de gamme.

Maintenant nous allons passer le tout (murs et plafond) au lait de chaux pour assainir et blanchir tout ça, puis il faudra installer stratégiquement un nombre maximum de rangement.

Et pour le sol me direz-vous ! C. à fait très fort en nous dégotant sur un site bien connu de petites annonces pile la quantité voulue de magnifiques dalles en terre cuite 30x30cm bien épaisses et qui ont sans doute plus de cent ans.  La suite… bientôt !

13-04-15 005 (Medium)