On a terminé et mis en bouteille le sirop de sureau. Une fois étiqueté il va séjourner dans la cave.  Il ne nous en reste qu’une bouteille sur les  six de l’an dernier. J’ai donc fait la même quantité. Je vous posterai la recette complète ce soir ou demain.

C. a terminé la première couche de crépis sur le mur en béton cellulaire. On se questionne pas mal sur la méthode qu’on va mettre en œuvre pour la couche de finition…  Le soir, motivée, elle a repris la peinture de l’entrée de la maison.

De mon coté j’ai terminé mes briques pour l’entrée du poulailler. J’ai également commencé à maçonner le bord de fenêtre.

Les poussin se portent à merveille. Je leur ai aménagé un petit perchoir dans la cage (un bout de tuyau en plastique entouré de ficelle). Depuis aujourd’hui je mets un peu de sable au sol, il en ont besoin pour faciliter leur digestion.
Je rajoute aussi à l’eau de boisson un produit vermifuge qu’on m’a donné. Mais j’ai appris grâce au blog d’Evelyne qu’une tisane de thym et d’ail fait très bien l’affaire. Bon à savoir pour la prochaine fois ! Autre bonne nouvelle, C. a trouvé un agriculteur qui peut nous vendre un mélange blé/maïs par sac de 50 kg. Il ne nous reste plus qu’à trouver de la  paille.

M.

  nous avons jetté : recyclable : 1bac la météo : beau.
on a fait du pain 2,4kg on a mangé Midi > joues de porc – Soir > enfants pâtes aux joues de porc, parents : carbonara
On a fait les courses: Super U : 22€

Publicités

Suite des « pieds » pour les poutres qui encadreront la porte du poulailler. J’ai également commencé une marche. Mais j’ai du m’arrêter avant la fin car j’avais besoin de couper une brique et l’usage de la meuleuse à 23h est peu compatible avec un voisinage serein…

C. parcourt les sentiers du village et des villages avoisinants à la recherche de céréales pour nos futures poules. Nous avons calculé qu’il  nous en faudra pas loin de 300 kg par an… Si on achète ça en animalerie/jardinerie ça fera cher de l’œuf… donc on cherche un paysan qui peut nous vendre du blé et du maïs à un prix raisonnable (qui sera toujours supérieur à celui, totalement ridicule, du marché de gros, et c’est tant mieux !). Je me souviendrai toujours d’une interview, lors d’une manif de la confédération paysanne, où une agricultrice montrait un épi de maïs qu’elle avait acheté en animalerie au prix où elle, vendait la tonne de la même céréale !

Il nous faudra aussi de la paille. Pour le moment on utilise le foin du terrain… Mais on sait bien qu’on va composter, du coup, les graines  de « mauvaises » herbes.

Mais on se demande pourquoi on se casse autant les pieds alors qu’on nous propose un superbe poulailler tout fait pour à peine plus de 2000€ !!! Ce n’est pas une blague c’est ici.

Et puis la fréquentation de ce blog a fait un gros bond aujourd’hui. Quelqu’un a du faire un lien ou lancer une grosse mailing-list. Nous l’en remercions de tout cœur.

M.

  la météo : gris, quelques averses 2.5mm
on a mangé Midi >soupe de fanes de radis, taboulé, salade, rillettes – Soir > enfants  pâtes au poulet, parents : joues de porc, chou
On a fait les courses: lidl 40€, boucher 30 €, maraicher 6€

Dur de trouver des informations sur le sujet. Un peu partout on peut lire qu’il faut se contenter d’acheter des granulés spéciaux en animalerie et donner à ses piafs cette pitance chère, sèche et aux ingrédients mystérieux voire inquiétants (farines animales, antibiotiques, soja transgénique etc…).

A force d’écumer le net et quelques bouquins j’ai quand même trouvé quelques pistes qui m’ont permis d’élaborer cette recette a priori bien adaptée à des poussins âgés entre une et trois semaines :

Je coupe en morceaux 3 carottes (non épluchées) et un demi-oignon. Je mets tout ça dans une casserole avec de l’eau à niveau et quelques épluchures qui traînaient sur le plan de travail et je laisse mijoter à petits bouillons 10 min. Je rajoute 2 œufs (entiers avec coquille) un peu de riz, quelques lentilles, un peu de semoule à couscous et une demi-cuillère à café de sel. Je mets encore un peu d’eau (que les œufs soient à peu près couverts) et je laisse 10 à 15 min. à petit feu. Je verse le tout dans le bol du robot (oui oui ! on laisse la coquille des œufs !), je rajoute une poignée d’orties fraîches coupées finement, un peu de pain dur en miettes et je fait tourner avec la pale à purée.
Ce mélange se garde au frigo trois ou quatre jours sans problème.

Au moment de servir je rajoute des céréales moulues au moulin à café (riz, blé, maïs, épeautre, quinoa… ) ou des miettes de pain dur.

M.