Et voilà ! Ouf, youpi ! Le chantier de la cave est enfin bouclé.
Voilà le résumé des derniers épisodes :

cave1 (Medium)On a posé les dalles de terre cuite. Le jointoiement s’est fait avec un mélange chaux/sable posé à sec au balais puis arrosé au jet d’eau.
Les murs ont été passé au lait de chaux.

cave2 (Medium)Le mur coté rocher a été doté d’une gouttière (prise dans un mortier de chaux) au sol pour amener les eaux de ruissellement vers la bouche d’égout.

cave3 (Medium)Il y avait une double porte (très mal ajustée). On a décidé de se contenter d’un seul battant (bien ajusté cette fois). Pour combler le « manque » du deuxième ventail on a utilisé du bois de palette.

cave4 (Medium)Les premières étagères. A cet endroit, au sol, on a mis du gravier. D’une part parce qu’on avait pas assez de dalles, d’autre part pour  faire « tampon » si jamais il y a vraiment beaucoup de ruissellement par le rocher  (ça arrive lors de très gros orages).

  cave5 (Medium)Voilà toutes les étagères posées et c’est du 100% bois de récup’.  Budget total : 30€ de vis et d’équerres a tout casser.

cave6 (Medium)Avec le battant de porte qu’on a enlevé j’ai fabriqué une table.

Et donc ce week-end ça a été grand rangement. Le but : transférer tout ce qui est vélo, loisir, jardin et bocaux, en bazar un peu partout dans la maison, dans cette magnifique nouvelle pièce :
cave9 (Medium) cave7 (Medium) cave8 (Medium)On est ravis car si on a dégagé plein de place ailleurs, il reste également pas mal de place ici ! Cool !

Prochaine étape : la cave avant (l’atelier)

Comme vous êtes des centaines de milliers à me demander des nouvelles quotidiennement en voici !!!

C’est dans la cave arrière que se poursuit le chantier. Nous avons deux caves, la première qui sert principalement d’atelier et celle-ci qui à l’origine abritait la vieille chaudière à bois. Nous avons décidé de l’aménager en espace de stockage pratique pour tout ce qui est jardinage (en hivers) et également pour garder bocaux, fruits, patates etc….

cave
Cette cave a une configuration assez particulière vu que le mur de droite est en fait le rocher sur lequel la maison est assise. De plus comme partout chez nous, le sol est en pente. Nous avons donc réalisé deux marches avec des briques pleines récupérées ça et là.

Toujours avec des chutes de briques, nous avons pavé la première partie. Les briques sont scellées avec un mortier de terre (1 volume de ciment, 1 volume de chaux, 4 volume de terre sableuse prise sur place). Le mortier à été mis à sec dans les joints puis nous avons arrosé au jet d’eau deux ou trois jours de suite.  A gauche (sous les dalles) nous avons coulé une bande de 40 cm de béton qui permettra d’assoir proprement des étagères. A droite il y avait déjà une chape (emplacement de l’ancienne chaudière) et au fond aussi (c’est là qu’ils rangeaient le bois). Il a juste fallut agrandir un peu celle-ci.

13-04-15 003 (Medium)Voilà le fameux « mur » en rocher. Quand il pleut beaucoup, l’eau sort par les failles comme s’il y avait une belle source. Cela ne pose pas de problème en soit vu qu’il y a une bouche de récupération Mais à force, la pierre (du schiste de Steige, très ferreux) de désagrège un peu.  Nous avons donc consolidé toutes les failles avec du mortier de chaux hydraulique. Pour permettre l’évacuation de l’eau en limitant le ruissellement  nous avons « planté » des tuyaux à chaque endroit stratégique.

Le pilier en grès rose donnait aussi quelques signes de faiblesse. Nous avons donc renforcé l’assise de la poutre par un mur en brique entre le pilier et le rocher.

13-04-15 007 (Medium)Au plafond,  il y avait le torchis d’origine. Comme c’est plutôt un bon isolant nous avons décidé de le garder. Nous avons augmenté l’isolation avec 7cm de laine de roche grâce à des dalles de faux plafonds récupérées (elle étaient destinée à la poubelle). Puis, pour nous prémunir de la poussière du torchis et pour masquer moult tuyaux et autres gaines électriques nous avons posé un lambris bas de gamme.

Maintenant nous allons passer le tout (murs et plafond) au lait de chaux pour assainir et blanchir tout ça, puis il faudra installer stratégiquement un nombre maximum de rangement.

Et pour le sol me direz-vous ! C. à fait très fort en nous dégotant sur un site bien connu de petites annonces pile la quantité voulue de magnifiques dalles en terre cuite 30x30cm bien épaisses et qui ont sans doute plus de cent ans.  La suite… bientôt !

13-04-15 005 (Medium)

 

 

Du blanc dans le poulailler. Afin de pouvoir passer tous les 5 ou 6 mois un lait de chaux nettoyant, assainissant,  désinfectant et désodorisant, j’ai fait une couche d’accroche avec de la sous-couche pour placo diluée (un volume d’eau pour un volume de peinture). Un fois cette couche sèche (2 à 3 h quand il fait chaud) j’ai donc chaulé les murs et le plafond.
Recette du lait de chaux : 1 volume de chaux aérienne pour 7 à 10 volumes d’eau. Si on veut augmenter le pouvoir blanchissant il faut ajouter de la poudre de marbre, de la poudre de craie ou du blanc de Meudon. Attention, au moment où l’on peint c’est quasiment (voir totalement) transparent (pas génial pour le moral) c’est en séchant que le blanc se révèle. Pour l’application j’utilise  un gros pinceau pour colle à tapisserie. Les alsaciens, vous pouvez acheter votre chaux (et tous les produits associés tels que les pigments, la poudre de marbre etc…) chez Boehm à Dahlenheim (site internet ici), les prix sont nettement plus bas qu’en magasin  de bricolage et vous pourrez demander conseil sur toutes les techniques de mise en œuvre.
J’ai également monté une prise de courant pour pouvoir brancher la lampe chauffante pour les poussins ou un éclairage hivernal pour les poules (parait qu’éclairer un peu le soir augmente nettement la production d’œufs… nous verrons si c’est vraiment nécessaire).

Le soir, pendant que C. continuait la peinture dans l’escalier, j’ai préparé une pissaladière. Comme j’avais déjà promis de publier la recette et qu’on me l’a réclamée, j’ai pris quelques notes et quelques photos. Je rédigerai ça rapidement.

M.

Peinture dans l'escalier.

  la météo : gris et  pluies 10mm
récupération d'eau 35l.
on a mangé Midi > reste carbonara et reste bbq – Soir > enfants : reste bonite, parents : pissaladière

Journée poulailler. Opération « tout fermer, tout boucher ».

A commencer par la fenêtre. Je l’ai encadré hier avec des planches de récup’, il faut maintenant boucher au mortier. Une fois de plus je bénis la chaux ! Une petite poignée dans un mortier de ciment/sable et voilà celui-ci malléable et collant comme du plâtre.  Pas besoin de coffrage, on peut travailler directement à la spatule.

Suite avec la porte qui donne sur le porche. Ça commence mal : j’ai qu’un seul gond à la bonne taille. Je suis obligé d’en usiner un à la meule.

La porte est fixée sur les poutres que j’avais monté et est équipée d’une clenche coulissante récupérée je ne sais plus où. La porte ne nous à pas couté bien chère non plus, elle vient des travaux à l’étage.

Il est grand temps de finir ce poulailler car les poussins commencent à être sérieusement à l’étroit dans leur caisse.

M.

 nous avons jetté : déchets ménager 30l. la météo : beau, pluie la nuit 10mm
on a fait du pain 2,5kg on a mangé Midi > reste bbq et ratatouille – Soir > enfants : salade de tomate + rillettes, parents : pâtes carbonara