La saison des champignons bat son plein ! L’occasion de faire un point sur les différentes méthodes de conservation :

1) La congélation : Pour les champignons à chair ferme comme les cèpes, on les coupe en tranches et on les congèle crus. Pour les autres on les passe à la poêle pour leur faire rendre leur eau et on congèle ainsi, demi-cuits.

2) Le séchage et la poudre : Nous ferons un article complet sur le sujet.

3) La stérilisation : On fait rendre leur eau aux champignons dans une poêle, on remplit le bocal jusqu’à sa limite de remplissage, on ajoute une petite pincée de sel, une cuillère à soupe d’eau, on ferme le bocal avec un caoutchouc neuf et ébouillanté et on stérilise à 100° pendant une heure. On laisse les bocaux refroidir dans l’eau de stérilisation.

4) A l’huile : On fait rendre leur eau aux champignons coupés en morceaux dans une poêle, on fait bouillir un mélange égal d’eau et de vinaigre blanc, on y fait blanchir les champignons pendant une à deux minutes, on remplit un bocal avec les champignons bien égouttés, quelques grains de poivre, une branche de romarin (ou autres herbes selon l’inspiration), on couvre d’huile d’olive, et pour finir, on ferme hermétiquement le bocal et on le secoue pour supprimer les bulles d’air coincées.

Quand on veut récupérer des bocaux du commerce pour y mettre ses confitures et autres conserves, pour peu qu’on se soucie un brin de l’esthétique, enlever les étiquettes devient vite un cauchemar.

Il y a en gros 4 types de colle à étiquettes :
– Les plus sympas qui partent très facilement après un court trempage dans l’eau. Là pas de soucis.
– Un peu moins faciles, celles qui ne partent qu’à l’eau chaude. On profite du nettoyage du bocal pour enlever l’étiquette.
– Pour les récalcitrantes on peut tenter de les mettre à four chaud (après la cuisson d’un plat) pour 5/6 min. Pour ne pas se bruler on utilisera un gant et un couteau pour soulever l’étiquette qui partira normalement assez facilement. Par contre une trace de colle persistera. On pourra l’enlever avec un chiffon et un solvant du type Essence F.
– Dernier type d’étiquettes : celles qui ont résisté à tout ça… là franchement plus la peine d’insister…. Direction la benne à verre.

Bon et maintenant qu’on a enfin de beaux bocaux, comment faire pour ré-étiqueter nos chef-d’œuvres culinaires ?
Primo on évite les étiquettes du commerce (type étiquettes à cahier) qui sont chères et super casse-pied à enlever. Du simple papier coupé à dimension fera parfaitement l’affaire. On peut aussi se faire un modèle à l’imprimante (ce que j’ai fait) ou en photocopie.

« Et pour coller ? » me demanderas-tu lecteur avisé que tu es…. Du lait ! Du simple lait entier appliqué avec un pinceau.  Une fois sec ça colle très bien. Et pour enlever l’étiquette : un simple trempage dans l’eau. On a fait des essais pas très concluants avec du lait demi-écrémé, on reste donc sur le lait entier qui tient bien mieux dans le temps.

Nous voilà prêt pour de longues soirées d’étiquetage !

Soirée conserves ! Stérilisation des premiers bocaux de haricots, mise en bocal de la confiture de prune, étiquetage de tous les bocaux fait ses derniers temps, et C. a trouvé des filets de sardines en promo (4€/kg). Elle a donc essayé de faire des sardines à l’huile. Nous verrons ce que ça donne. Pas de bol, sur deux bocaux, un a cassé dans la stérilisatrice. C’était manifestement un bocal qu’on avait du récupérer car il n’avait aucune marque et le verre était beaucoup plus fin que normalement. La prochaine fois on fera attention. C’est toujours rageant ce genre d’incident…

M.

nous avons fait un feu: barbecue  la météo : beau
récupération d'eau 30l.
on a fait du pain 2,7kg on a mangé Midi > restes divers – Soir > enfants : ??? , parents : barbecue
On a fait les courses : Super U: 40€ Lidl: 60€