Comme je ne trouvais rien de satisfaisant dans le commerce (esthétique horrible ou tarifs hallucinants) comme robinet à insérer dans le mur une pierre sèche, j’ai du me creuser un peu les méninges. En fouillant la cave j’ai retrouvé cette vanne que j’avais récupérée lors du démontage de notre ancienne chaudière.  Évidemment, la grosse manette rouge ne sera pas très assortie avec le coté rustique du mur. J’ai donc continué les fouilles et trouvé une poignée de porte en laiton.
Une fois la manette rouge démonté, j’ai du usiner un peu la vanne à la meuleuse  pour l’adapter au « trou » de la poignée et pour fixer le tout j’ai tenté (sans trop y croire) de faire fondre de l’étain de soudure dans le trou de la poignée et d’y ficher « à chaud » la tige de commande de la vanne. J’avais tort de ne pas y croire : ça tient parfaitement.
J’ai donc vissé de chaque coté les raccords pour tubes PER avec de la filasse et de la pâte à joint et le robinet était prêt.

Pour le bec, je venais de démonter dans le futur poulailler l’ancien réseau de chauffage. Un morceau de tube en cuivre  cintré coupé à la bonne taille fera parfaitement l’affaire.

Direction le mur avec ma caisse à outil, le robinet, le bec et un bout de tube PER gainé.
J’ai démonté la partie du mur au dessus du bac en grès et j’ai fait mon réseau avec des raccords à sertir. Comme l’eau n’est pas encore raccordée j’ai bricolé un truc avec le tuyau d’arrosage et un collier de serrage pour tester l’installation sous pression et repérer d’éventuelles fuites. Pas de problème. Ça marche parfaitement.

Il ne me restait plus qu’a reconstruire le mur, en scellant robinet et bec avec un peut de mortier (ciment + sable) teint avec des pigments noirs pour être plus discret. Au moment du montage, j’ai pris soin de mettre sous le robinet une pierre légèrement penchée vers l’avant afin qu’en cas de fuite, l’eau s’écoule de manière visible. On pourra donc intervenir rapidement sans attendre une facture d’eau astronomique pour comprendre qu’il y a un problème.
Et le gel ? Pas de soucis. Cet évier sera alimenté par le réseau « jardin » que j’ai mis en place ce printemps. Il part de la cave et monte le long de toute la maison pour arriver sur le terrain (pour ceux qui n’ont pas suivit, notre maison est adossé à la colline  (mais elle n’est pas bleu et on n’a pas jeté la clé) et notre terrain est au dessus, commençant au niveau du 2eme étage). A la cave (donc presque 10m plus bas) j’ai prévu un robinet de purge qui me permettra de vidanger tout le réseau avant la saison des grands gels.

M.


Publicités

C. s’est trouvée une nouvelle vocation de crépisseuse ! Cet après-midi elle a quasiment fini le mur. De mon coté j’ai continué le haut du mur avec mon bout de gouttière et mon béton. Tout ça commence à avoir  sérieusement de la gueule !

Malgré nos efforts d’arrosage le potager stagne… trop sec et chaud le jour, trop froid la nuit…  On s’est sans doute cru trop vite en été avec ce mois d’avril ensoleillé…

Contraste : cuisants au soleil sur le terrain cet aprem’, ce soir on a du faire un feu dans la cuisine pour se réchauffer !

Avec les enfants nous essayons de faire notre limonade. 4l. d’eau, un citron bio coupé en rondelles, 500g de sucre et une petite poignée de riz. Nous devons laisser macérer ça 3 jours au soleil avant la mise en bouteille.

M.

nous avons fait un feu: cuisine  nous avons jetté :  verre  1 bacla météo : beau et chaud le  jour, frais la nuit (5°)
Rocaille à aromates.
on a mangé reste de grondin, reste d’épinards,  pâté, saucisson – Soir > enfants : riz avec reste de côtelettes d’agneau , parents : asperges et charcuterie
On a fait les courses: maraicher : 15€ boucher 14€

Encore le mur !!! C. a continué l’enduit pendant que je travaillais à l’arrivée d’eau pour l’évier.

En fin de journée j’ai fait mon essai pour le haut du mur. Du béton, un morceau de gouttière pour lisser en rond… ça rend pas mal et ça permet d’absorber les irrégularités du mur !!!

Comme en plus j’ai chainé les blocs avec des clous et du fil de fer ça participera à la solidité de la structure.

Sinon ce matin ce fut, comme tous les mercredis, marché.. de la salade, des oeufs, des oignons, des patates, et de magnifiques épinards.

Épinards consommés ce soir avec un énorme gigot acheté chez mon petit dealer oriental… 50€ de gigot…. mais 3,400kg… bien utilisé nous verrons le prix de l’assiette. En attendant : gratin d’épinards à la crème et gigot simplement au four, nous nous sommes régalés !

Cela dit on l’avait bien mérité, entre le bain d’hier du petit et le grand bain des 3 aujourd’hui, nous avons récupéré (et donc monté sur le terrain avec des seaux) 250l. d’eau. Soit, d’après les recherches les plus récentes des physiciens : 250kg… Si on cherchait encore l’eau au puits, je pense qu’on baignerait moins les enfants ! Tout cela nous a permis de faire un peu de sport et surtout un arrosage complet du potager, pas du luxe vue la sécheresse que nous vivons en ce moment.

M.

  la météo : beau mais frais
Bac à semis, potager récupération d'eau 250l.
on a fait du pain 2,4kg on a mangé Midi > oeufs au plat – Soir > enfants : grondins riz, parents :gigot épinards
On a fait les courses: Lidl : 42€, orient marché : 48€, marché 10€

Depuis aujourd’hui nous sortons nos plants de tomates sur la terrasse histoire de les vivifier un peu. Le tout c’est de ne pas oublier de les rentrer le soir. Les nuits sont encore trop fraîches.

Par contre toujours pas de pluie. Plusieurs départements de France sont déjà en alerte sécheresse ! En avril ! Nous avons donc décidé de nous lancer dans une opération récupération d’eau. Rien que l’eau du bain du bébé ça fait 30L. chaque jour. Une fois de plus, notre terrain en pente ne facilite pas les choses, il nous faut monter chaque jour 3 à 4 seaux au potager où l’on a un tonneau de récupération. Un peu casse-pied mais rien d’insurmontable. Pour nous motiver, je rajoute ci-dessous l’icône
Comme ça, on pourra comptabiliser les économies réalisées.

Le soir pendant que C. passait la première sous-couche de peinture dans la cage d’escalier, je me suis occupé de « l’atelier pain ». D’un coté faire le pain pour demain, de l’autre utiliser les restes de pain rassi. Mixé ça donne une très bonne chapelure sans produits étranges (regardez sur votre paquet acheté… vous serez surpris de la composition…). J’ai également confectionné un gâteau en mélangeant la recette du traditionnel bettelman (mendiant) alsacien et celle du pudding du boulanger du très bon blog Cuisine Campagne.

M.

 nous avons jetté : consigne 24 btl.  la météo : beau
pois mange-tout récupération d'eau 30l.
on a fait du pain 2kg on a mangé Midi > reste barbecue 1gratin pâtes – Soir > oeufs au plat frite de semoule, parents : riz à la crème au reste de goulasch
On a fait les courses: Super U 5€