Travail dans le poulailler aujourd’hui. Au fond, l’ancien mur en parpaing n’allait pas jusqu’au bout. Pour remplir ce vide, on a décidé de faire un truc d’inspiration gabion. Une « cage » en grillage remplie de cailloux. J’ai donc fixé deux couches de grillage à poule à droite aux parpaings, à gauche au rocher (à l’aide de vis et de rondelles métalliques). J’ai renforcé le tout avec quelques longueurs horizontales de fils de fer galvanisé. Avec B. on a monté tout les cailloux qui trainaient (il remplissait le seau, je le montait avec une corde) et on a remplit derrière le grillage. Pour éviter que tout le poids ne se retrouve contre le grillage je me suis inspiré des murs en pierres sèches en mettant des grandes pierres plates traversantes toute la profondeur de l’ouvrage en guise de boutisses.
Il nous manque encore une vingtaine de centimètre de caillasses pour terminer mais on était a bout de ressource. Il faudra donc en descendre un peu du terrain.

La semaine dernière nous avons ramassé de la paille de maïs qu’on pourra reprendre sous les perchoirs pour faciliter le nettoyage des fientes. J’ai donc bricolé une porte en grillage pour l’étagère en hauteur histoire que les poules n’aillent pas y semer la zone et tout faire tomber.

Pour terminer, comme on approche de l’age théorique de ponte, j’ai installé un premier nid et on a moulé un œuf en plâtre. Il parait que ça peut être utile :
1) pour motiver la ponte
2) pour leur montrer où pondre.
Après, vu que la nuit commence à tomber très tôt, il est possible que les poules décalent leurs premières pontes au  printemps… Nous verrons bien.

nous avons fait un feu: cuisine  nous avons jetté : compost 50l la météo : beau  pluie le soir 9mm
on a fait du pain 2,7kg on a mangé Midi >reste de porcelet – Soir > enfants :restes risotto, parents : pâte carbo
On a fait les courses:  Lidl 20€ Laitière 10€

Publicités

Deux chantiers sur le feu, un temps magnifique, voilà qui laisse peu de temps pour raconter sa vie… Résumé du mois passé :

Le chantier de l’escalier. J’ai enfin carrelé le bas de l’escalier. Reste de carrelage de la salle de bain, navette en bois, reste de colle de la cuisine, joints improvisés. Même pas deux mètres carré mais des découpes dans tous les sens donc deux bons après-midi de travail.

Je reviendrai plus en détail sur le sujet.

Le chantier du poulailler. Enfin ! le terrain destiné au poules est clôturé. Sur l’avant, coté parking c’est du grillage rigide sur un mur en parpaing. Partout ailleurs, du grillage à poule tendu entre des fers à béton. J’ai également commencé à « nettoyer » le haut du rocher de la terre qui l’encombrait et des racines de ronces qui avaient tout colonisé. Au fond, l’ancien mur de parpaing n’allait pas jusqu’au bout. J’ai commencé à combler ce vide par de la pierre retenue par du grillage.
Les poules ont donc maintenant leur domaine ce qui nous économise bien des courses poursuites dans le jardin.

La météo a vraiment été exceptionnelle ! Même si les nuits sont plus fraiche, les journées ont été radieuse à une ou deux exceptions prêt. Le potager a donc continué à être très généreux. De quoi largement rattraper le temps perdu au cours du froid et pluvieux mois de juillet.

Coté petites tracasseries, la scie sauteuse a une fois de plus rendu l’âme. Cette fois c’est le cordon d’alimentation qui déconnait. Je suis a ma 5 ou 6ème réparations sur cet outils…. De la qualité comme on en fait plus ma brave dame… Si encore c’était un outils « à pas cher » je comprendrais. Une des batteries de la visseuse est morte elle aussi. Après 7 ans de chantier les outils commencent à montrer de sérieux signes de fatigue…

nous avons fait un feu: cuisine x8 salon  x2nous avons jetté : compost 60l, déchets recyclables 3bacs, déchetterie 1 voitures, verre 2 bacs, déchets ménagers 90l. la météo : beau en général, nuits fraiches, 32mm de pluie en 3 jours
50l.
on a fait du pain 19kg
On a fait les courses: bricolage : 140€ alimentaire : 300€

Pendant que C. continuait le crépis du mur en béton cellulaire de la terrasse, avec les gosses, on est allé jeter un œil dans un de nos coins a champignons. Les cèpes d’été ne sont pas encore au rendez-vous par contre de bien belles girolles nous attendaient. Ce ne fut pas la récolte du siècle mais sept ou huit très beaux et gros spécimens tout de même. Et sachant que j’avais la poussette on a du se contenter d’explorer les bords de chemins. Il faudra y retourner rapidement pour une fouille plus détaillée.

M.

 nous avons jetté : compost 15l la météo : beau
récupération d'eau 30l.
on a mangé Midi > invité – Soir > enfants : pâte au poulet, parents : grignotage

La peinture dans l'escalier avance.

Le poulailler est enfin vidé de toute ses m...

Notre rosier ancien est en fleur.

Les patates aussi fleurissent.

Le mur en pierres sèches est qusiment fini.

Premières courgettes pour bientot ?

Les petits pois sont là !

Les petits pois sont là !

Les salades sont en forme.


Comme je ne trouvais rien de satisfaisant dans le commerce (esthétique horrible ou tarifs hallucinants) comme robinet à insérer dans le mur une pierre sèche, j’ai du me creuser un peu les méninges. En fouillant la cave j’ai retrouvé cette vanne que j’avais récupérée lors du démontage de notre ancienne chaudière.  Évidemment, la grosse manette rouge ne sera pas très assortie avec le coté rustique du mur. J’ai donc continué les fouilles et trouvé une poignée de porte en laiton.
Une fois la manette rouge démonté, j’ai du usiner un peu la vanne à la meuleuse  pour l’adapter au « trou » de la poignée et pour fixer le tout j’ai tenté (sans trop y croire) de faire fondre de l’étain de soudure dans le trou de la poignée et d’y ficher « à chaud » la tige de commande de la vanne. J’avais tort de ne pas y croire : ça tient parfaitement.
J’ai donc vissé de chaque coté les raccords pour tubes PER avec de la filasse et de la pâte à joint et le robinet était prêt.

Pour le bec, je venais de démonter dans le futur poulailler l’ancien réseau de chauffage. Un morceau de tube en cuivre  cintré coupé à la bonne taille fera parfaitement l’affaire.

Direction le mur avec ma caisse à outil, le robinet, le bec et un bout de tube PER gainé.
J’ai démonté la partie du mur au dessus du bac en grès et j’ai fait mon réseau avec des raccords à sertir. Comme l’eau n’est pas encore raccordée j’ai bricolé un truc avec le tuyau d’arrosage et un collier de serrage pour tester l’installation sous pression et repérer d’éventuelles fuites. Pas de problème. Ça marche parfaitement.

Il ne me restait plus qu’a reconstruire le mur, en scellant robinet et bec avec un peut de mortier (ciment + sable) teint avec des pigments noirs pour être plus discret. Au moment du montage, j’ai pris soin de mettre sous le robinet une pierre légèrement penchée vers l’avant afin qu’en cas de fuite, l’eau s’écoule de manière visible. On pourra donc intervenir rapidement sans attendre une facture d’eau astronomique pour comprendre qu’il y a un problème.
Et le gel ? Pas de soucis. Cet évier sera alimenté par le réseau « jardin » que j’ai mis en place ce printemps. Il part de la cave et monte le long de toute la maison pour arriver sur le terrain (pour ceux qui n’ont pas suivit, notre maison est adossé à la colline  (mais elle n’est pas bleu et on n’a pas jeté la clé) et notre terrain est au dessus, commençant au niveau du 2eme étage). A la cave (donc presque 10m plus bas) j’ai prévu un robinet de purge qui me permettra de vidanger tout le réseau avant la saison des grands gels.

M.


Ce matin : vide-grenier. C’est plutôt le domaine de C. bien plus apte à négocier et discuter que moi, ours que je peux être. Parmi quelques autres choses on a  trouvé un moule à pâté en croute, ce qui nous fait bien plaisir vu que c’est une des grandes recettes de ma famille.
Au début on y allait pour chercher un robinet à intégrer dans le mur en pierre sèche. On a rien trouvé. Donc, je me suis creusé la tête et j’ai trouvé moyen de récupérer deux ou trois trucs qui feront « office de ». En tout  ça marche et c’est cool. Encore une installation à quasi-pas-un-rond ! J’en parlerai plus précisément rapidement.

Sinon on a lancé une limonade de sureau. On va voir ce que ça donne (merci à Sylvie et Garluche pour les recettes).

M.

  la météo : beau et chaud
potager récupération d'eau 80l.
on a mangé Midi > salade, jambon, rillettes – Soir >bœuf bourguignon