Il était temps de récolter les patates cultivées en sac. Vu qu’au potager c’était pas franchement terrible cette année j’espérais secrètement que ce mode de culture sauverait la mise…

Et ben non ! Franchement décevant même. Un poignée de toutes petites patates, à peine plus que le poids des plants de départ… Je vois à ça plusieurs explications. Primo : je crois que nous avons, au début, tué pas mal de plans en les cassant au moment de rajouter une nouvelle couche de terre. Il faudra être plus délicat. Secundo : l’arrosage. Ces sacs étant à l’abri de  la pluie il aurait fallu bien plus arroser. Je me suis laissé berner par la plante en surface qui se portait bien… C’était oublier que sous terre il fallait de quoi développer les pommes de terre. De plus, vu la forme particulière de cette culture, je pense qu’il faut arroser peu souvent mais en plus grande quantité afin que l’eau aille jusqu’au fond du sac. Tertio  : on va dire  que ce n’était vraiment, mais vraiment pas une année à patate.

Le soir, pour consoler mon insondable chagrin face à ce cuisant échec, je nous ai préparer une délicieuse pissaladière. Depuis, ça va mieux !

 nous avons jetté : compost 15l la météo : gris légères pluies 2mm
on a mangé Midi > tourte – Soir > enfants : pâtes bolo, parents : pissaladière

Publicités

Ingrédient :
Une pâte à pizza telle qu’ici mais sur une base de 600g de farine
1kg d’oignons
70g d’anchois à l’huile
des olives noires
5cl d’huile d’olive
1 cuillère à soupe de sucre en poudre
sel et poivre

Pendant que la pâte à pizza monte, on pèle et on coupe en fines rondelles le kilo d’oignons en pensant à des choses gaies (la fin de Festen, les élections de 2012 ou l’avenir musical de Sheila…) pour ne pas pleurer.
On met dans une casserole avec l’huile d’olive et le sucre et on fait chauffer 30 minutes à feu très doux et en remuant souvent. Il ne faut surtout pas que ça colore, mais les oignons doivent être bien confits.

On étale la pâte et on farine les plats de cuisson.

On dispose la pâte dans les plats, on couvre d’oignons et on dispose les anchois et les olives.

On sale et on poivre et on enfourne à 180° pour environ 30 min en mode chaleur tournante.

Théoriquement ce plat se réalise avec les plus petits anchois et des petits poissons de roche, mis au sel et réduits en purée… mais ce genre de choses sont malheureusement introuvables dans nos contrées.

M.

Du blanc dans le poulailler. Afin de pouvoir passer tous les 5 ou 6 mois un lait de chaux nettoyant, assainissant,  désinfectant et désodorisant, j’ai fait une couche d’accroche avec de la sous-couche pour placo diluée (un volume d’eau pour un volume de peinture). Un fois cette couche sèche (2 à 3 h quand il fait chaud) j’ai donc chaulé les murs et le plafond.
Recette du lait de chaux : 1 volume de chaux aérienne pour 7 à 10 volumes d’eau. Si on veut augmenter le pouvoir blanchissant il faut ajouter de la poudre de marbre, de la poudre de craie ou du blanc de Meudon. Attention, au moment où l’on peint c’est quasiment (voir totalement) transparent (pas génial pour le moral) c’est en séchant que le blanc se révèle. Pour l’application j’utilise  un gros pinceau pour colle à tapisserie. Les alsaciens, vous pouvez acheter votre chaux (et tous les produits associés tels que les pigments, la poudre de marbre etc…) chez Boehm à Dahlenheim (site internet ici), les prix sont nettement plus bas qu’en magasin  de bricolage et vous pourrez demander conseil sur toutes les techniques de mise en œuvre.
J’ai également monté une prise de courant pour pouvoir brancher la lampe chauffante pour les poussins ou un éclairage hivernal pour les poules (parait qu’éclairer un peu le soir augmente nettement la production d’œufs… nous verrons si c’est vraiment nécessaire).

Le soir, pendant que C. continuait la peinture dans l’escalier, j’ai préparé une pissaladière. Comme j’avais déjà promis de publier la recette et qu’on me l’a réclamée, j’ai pris quelques notes et quelques photos. Je rédigerai ça rapidement.

M.

Peinture dans l'escalier.

  la météo : gris et  pluies 10mm
récupération d'eau 35l.
on a mangé Midi > reste carbonara et reste bbq – Soir > enfants : reste bonite, parents : pissaladière

Il devrait pleuvoir demain donc j’ai fait quelques plantation.

J’ai commencé par repiquer les petit-pois manges-tout du châssis au potager. En tuteur j’ai utilisé des branches de noisetier.

Ensuite, comme ma grand mère nous à offert une caissette de 60 plants de pomme-de-terre Belle de Fontenay, je les ai mise en terre. Quand les feuilles sortiront il faudra les butter. D’après mes calculs on pourra récolter nos patates vers le 14 juillet. Note pour l’avenir : la  première moitié du sillon à droite de l’allée est plantée de patates mystères gardées de l’an dernier et dont on a oublié l’origine.

Le soir j’ai préparé une pissaladière (recette bientôt) en ajoutant a l’oignon une nouvelle botte de poireaux sauvages cueillie par les enfant. Plutôt pas mal !

 

 

nous avons jetté : compost15l la météo : beau et chaud
petits pois manges tout
on a fait du pain 2kg on a mangé Midi > pâtes aux olives  – Soir > enfants : bar et poireaux, parents : pissaladière
On a fait les courses: Coop : 3€