Dans la future chambre du fiston il y a une (très) petite mezzanine. Afin qu’il puisse y accéder j’ai voulu lui construire une échelle.

Coup de bol n°1 : j’ai pu récupérer une échelle en métal vachement bien. Coup de bol n°2 : elle a pile la bonne taille. Juste un coup de peinture à lui mettre. C’est presque trop facile ! Je décide donc de m’ajouter deux difficultés « pédagogiques » dans la conception et la réalisation de systèmes d’accroche (un au niveau de la mezzanine pour quand on grimpe et l’autre sur le mur en face pour ranger l’échelle quand on ne s’en sert pas).

Première difficulté, je me force à réaliser la conception de l’objet dans le logiciel gratuit FreeCad que j’essaye de prendre en main. Pour un objet aussi « simple » j’ai plutôt l’habitude de travailler « a vif » sur l’établi. Mais finalement la modélisation de l’objet en 3D, en amont, permet de bien aboutir sa réflexion et d’éviter pas mal de bourde une fois la meuleuse en main.

Autre avantage, une fois la modélisation faite, on peu imprimer des plans à l’échelle, ce qui facilite pas mal la suite.

En effet je n’ai plus qu’a découper mon plan et le reporter sur la ferraille sans avoir à me prendre la tête avec des prises de mesure. Autre difficulté que je m’impose : ne travailler qu’avec du fer plat et un tube de plomberie de récup pour bosser un peu ma technique de soudure. J’aurais bien pu prendre des équerres toutes faites mais c’eut été moins drôle.

Un peu de découpe et de ponçage plus tard les quatre pièce des mes deux futures équerres sont là. Le fer porte les stigmates de sa trépidante vie passée mais c’est pas bien grave, on s’en accommodera.

Passage à la perceuse a colonne pour les trous de vissage.

Et soudage. Deux précisions sur cette photo :
1) Pour votre santé, protégez tout votre corps quand vous soudez, portez des manches longues et des gants, ne mangez ni trop gras, ni trop salé, ni trop sucré, ne fumez pas, attention aux abus d’alcool, et pratiquez une activité physique régulière. En vrai, j’ai pris cette photo juste après la pause café, je n’avais plus qu’un petit point à refaire et j’ai eu la flemme d’enfiler à nouveau la tenue de combat alors qu’il faisait une chaleur a crever.
2) Même si la marque du poste a souder est bien visible, je ne cherche nullement a faire de la pub à personne, et je ne suis sponsorisé par personne.

Soudage, meulage, voilà mes équerres.

Puis soudage d’un bout de tube entre le deux équerres et mon support coté mezzanine est prêt à peindre.

Je passe donc au support de rangement de l’échelle. Là pas besoin d’équerre car il viendra de fixer de part et d’autre d’une cheminé.

Premier soudage

Pour souder de l’autre coté et bien garder l’écartement j’ai provisoirement vissé un bout de latte coupée a la bonne longueur.
Ensuite peinture en 3 couches sur l’échelle et les supports (une couche d’antirouille et deux couches de peinture métal). Et enfin fixation dans la chambre. Voilà ce que ça donne :

L’échelle rangée.

Et l’échelle en place.

Voilà, Mon fils peut grimper sur sa mezzanine et moi je suis un poil moins une buse en 3D et en soudure.

Pour ceux qui voudrait s’essayer à FreeCad c’est par là que ça se passe : site officiel
Pour apprendre les bases je dois beaucoup à cette chaine youtube. Les tutos sont fait avec une version un peu plus ancienne que l’actuelle mais ça ne change pas grand chose.

Publicités

Aujourd’hui, plans de la serresuite de la conception de la serre. J’ai attaqué la réflexion sur plan… Une chose est certaine, ça va pas être facile d’adapter plein de vitres de tailles différentes. Mais on y croit  ! Je nourris l’espoir d’une serre de 16m² pour un budget inférieur à 200€ tout compris ( dans le commerce une serre en plastique de 6m² coûte pas loin de 500€ voire plus) . Rien que ça. Le problème est que ma frangine ne changera pas ses fenêtres avant juillet (au mieux). Donc soit on reporte l’usage à l’année prochaine, soit on devra bâcher en attendant ses vitres.

Sinon, une fois de plus, une voiture inconnue s’est garée dans notre cour, ouverte, il y a peu, pour en faire le parking de notre future épicerie. Il était temps de poser des panneaux.  Deux planches de récup’ pour support, gravure du texte à la défonceuse, gravure du panneau en utilisant un couvercle de bocal et une chute de contre-plaqué comme guide. Un coup de pinceau avec des vieux restes de peinture… Reste à poncer et lasurer le tout.  De  quoi s’amuser demain.
Le soir j’ai fait le pain. Peut-être un des derniers  de la saison dans la cuisinière à bois… Bonjour le sauna dans la cuisine !!! Mais je pense déjà à un four a pain en extérieur pour l’été…

M.

Cet après -midi, j’ai un peu de temps devant moi : Tintin, 7 ans, et Yakari, 5 ans, sont à l’école, je n’ai que Petit Schtroumph sur les bras, mais il fait une sieste. Je peux envisager une activité d’une heure maximum. Je m’attaque donc au mur de soutènement qu’on veut construire dans le jardin pour créer une terrasse. Notre terrain est très en pente car c’est un coteau viticole. Des terrasses avaient anciennement été aménagées mais les murets ont disparus (les pierres ont dues être utilisées ailleurs) et logiquement la terre s’effondre. Pour reconstruire ce muret, j’ai enlevé toute la terre qui s’était entassée au pied du mur, pour retrouver une paroi bien verticale. Aujourd’hui, je creuse une tranchée de 30 cm de large à environ 20 cm de l’aplomb du mur de terre, et profonde de 40 cm au minimum ( presque la hauteur d’un parpaing). A certains endroits je dois creuser plus profondément pour être au même niveau sur toute la longueur (environ 15 m). Il s’agit de placer une première ligne de parpaings, bien droite et rectiligne. Ce boulot est laborieux, pas très gratifiant, et assez fatigant; je l’étale donc sur plusieurs jours, en fonction de ma motivation, du temps que me laissent les enfants, et de la météo (pas question de me casser le dos sous la pluie !). Il était inenvisageable pour nous de faire appel à des pros pour ce travail : comme le terrain est inaccessible à tout engin motorisé (rapport à la pente), tout doit être fait à la main, et les tarifs pour ce genre de prestations comportent quelques zéros de trop pour notre modeste bourse !
J’ai bien avancé ma tranchée mais elle n’est pas terminée. La terre à cet endroit est vraiment très caillouteuse, et le pelletage en est ralenti. Mais je tiens le bon bout : encore une heure de labeur, et je pourrais bétonner mes parpaings de fondation.

Ce soir, j’ai cuisiné express pour pas cher : des pâtes !
Oignons et poivrons émincés juste revenus, ajout de sauce tomate (reste de la sauce cuisinée pour les pizzas), thon, câpres, ail écrasé et persil ciselé. Le tout mélangé à des penne rigate et recouvert de parmesan râpé : c’est prêt !
Coût total : 1,80€

C.

nous avons fait un feu: cuisine   la météo : beau et chaud.Un bon 20° en journée.
on a fait du pain 1,8kg on a mangé Midi > 3pizza 1 risotto – Soir > enfants : risotto , parents : pâtes au thon (reste de sauce pizza)
On a fait les courses: lait + céréales bébé 14€ en magasin bio