Quand c’est la saison, les poireaux sauvages poussent à foison. Voici une méthode pour les conserver.

Tout d’abord, on coupe les racines et le haut des feuilles. On enlève aussi la feuille extérieure. En gros, on ne garde que le blanc et le vert clair. Le vert foncé serait trop coriace.

On place le tout dans un plat qui va au four, on couvre d’un mélange 1/3 d’huile de tournesol, 2/3 d’huile d’olive. On sale un peu, on ajoute quelques branches de thym, quelques gousses d’ail en chemise (avec la peau) et on met au four à 100-110° pour 3h.

Dans des bocaux (genre cornichons) on met des poireaux sans tasser, une gousse d’ail et une branche de thym, et on couvre d’huile encore chaude. On rajoute une cuillère à soupe de vinaigre de vin, on ferme le bocal et on remise pour au moins une semaine.

C’est parfait en accompagnement de crudités.

M.

Publicités

Encore une journée pas bien violente. J’ai quand même trouvé le courage de planter la moitié des Bintje en terre. L’autre partie on va essayer en  contenaire ou en sac.

On a gouté les poireaux sauvages à l’huile. C’est très bon !
Du coup les enfants, motivés, on fait la razzia et sont rentrés avec une magnifique botte (196 d’après leurs comptes d’apothicaires)

On a donc cuisiné ça le soir, avec eux.

On vous donne la recette très bientôt.

Ah oui ! J’oubliais, à midi on a mangé des poireaux du jardin planté en juin dernier. Juste avec une vinaigrette : délicieux !

M.

 nous avons jetté : déchet ménagers 30l la météo : beau
  potager
on a fait du pain 2,1kg on a mangé Midi >poireaux du jardin, jambon – Soir > enfants :poulpe, parents :gratin de pâte avec reste de veau

Il devrait pleuvoir demain donc j’ai fait quelques plantation.

J’ai commencé par repiquer les petit-pois manges-tout du châssis au potager. En tuteur j’ai utilisé des branches de noisetier.

Ensuite, comme ma grand mère nous à offert une caissette de 60 plants de pomme-de-terre Belle de Fontenay, je les ai mise en terre. Quand les feuilles sortiront il faudra les butter. D’après mes calculs on pourra récolter nos patates vers le 14 juillet. Note pour l’avenir : la  première moitié du sillon à droite de l’allée est plantée de patates mystères gardées de l’an dernier et dont on a oublié l’origine.

Le soir j’ai préparé une pissaladière (recette bientôt) en ajoutant a l’oignon une nouvelle botte de poireaux sauvages cueillie par les enfant. Plutôt pas mal !

 

 

nous avons jetté : compost15l la météo : beau et chaud
petits pois manges tout
on a fait du pain 2kg on a mangé Midi > pâtes aux olives  – Soir > enfants : bar et poireaux, parents : pissaladière
On a fait les courses: Coop : 3€

 

Pour 2 personnes :

-350g de porc dans l’échine, le jambon ou le filet
-un oignon
-du curry en poudre
-une dizaine de petits poireaux sauvages
-250ml de crème fraîche liquide

poireaux sauvages

Je commence par émincer l’oignon finement, je le fais revenir dans une poêle avec un peu d’huile d’olive à feu doux. Quand il commence à colorer je rajoute la viande coupée en cubes et je la fais griller sur toutes ses faces pendant environ 5 min. Je baisse le feu au minimum, je rajoute 2 cuillères café de curry, du sel et du poivre, et je laisse cuire à couvert pendant 7/8 min. Je verse la  crème fraîche, j’ajoute les poireaux coupés en tronçons très fins, encore un petit peu de curry et je laisse sur le feu encore 5 min. Je sers ça avec du riz en nappant  généreusement de sauce.

Coût total : environs  5€ soit 2.50€ par assiette.

Attention, contrairement à ce que pensent certains, le curry n’est pas une épice mais un mélange d’épices (gingembre, coriandre, cardamome, cumin, cannelle, curcuma, piment, poivre, fenouil, fenugrec, girofle, moutarde etc.). Il est donc important de connaître « le sien » pour le doser à son goût. Il en existe des plus ou moins forts en piment et des plus ou moins aromatiques. Dans le doute, autant en mettre très peu et en rajouter après cuisson. Il semblerait que le meilleur curry soit le curry en pâte, mais je n’en trouve malheureusement pas par ici….

M.

C. est toujours collée au lit… je reste donc en mode papa à plein temps.

Comme notre organisation alimentaire (nous en reparlerons plus tard) est bouleversée du fait que cuisiner des grands plats pour moi tout seul le soir ne me motive pas des masses je suis obligé d’improviser au coup par coup.

poireaux sauvages

A midi j’ai fait un curry de porc aux poireaux sauvages (que les enfants ont ramassés hier). 20 minutes de préparation au grand max, un budget plutôt raisonnable et un franc succès dans l’assiette.
Je posterai la recette plus tard.

Le reste de la journée : rien de bien passionnant, vaisselle, linge, enfants, et courses…

J’ai quand même réussi à trouver 15 minutes pour remplir le bac à aromates destiné à mon beauf et y planter menthe, ciboule, ciboulette, thym et origan. Pour le basilic il faudra qu’il attende encore un peu.

M.

la météo : beau et chaud
12l.
on a mangé Midi > 3 porcs au curry – Soir > enfants : pâtes au jambon, 1 parents : jambon beurre
On a fait les courses: Super U30€