Et voilà ! Ouf, youpi ! Le chantier de la cave est enfin bouclé.
Voilà le résumé des derniers épisodes :

cave1 (Medium)On a posé les dalles de terre cuite. Le jointoiement s’est fait avec un mélange chaux/sable posé à sec au balais puis arrosé au jet d’eau.
Les murs ont été passé au lait de chaux.

cave2 (Medium)Le mur coté rocher a été doté d’une gouttière (prise dans un mortier de chaux) au sol pour amener les eaux de ruissellement vers la bouche d’égout.

cave3 (Medium)Il y avait une double porte (très mal ajustée). On a décidé de se contenter d’un seul battant (bien ajusté cette fois). Pour combler le « manque » du deuxième ventail on a utilisé du bois de palette.

cave4 (Medium)Les premières étagères. A cet endroit, au sol, on a mis du gravier. D’une part parce qu’on avait pas assez de dalles, d’autre part pour  faire « tampon » si jamais il y a vraiment beaucoup de ruissellement par le rocher  (ça arrive lors de très gros orages).

  cave5 (Medium)Voilà toutes les étagères posées et c’est du 100% bois de récup’.  Budget total : 30€ de vis et d’équerres a tout casser.

cave6 (Medium)Avec le battant de porte qu’on a enlevé j’ai fabriqué une table.

Et donc ce week-end ça a été grand rangement. Le but : transférer tout ce qui est vélo, loisir, jardin et bocaux, en bazar un peu partout dans la maison, dans cette magnifique nouvelle pièce :
cave9 (Medium) cave7 (Medium) cave8 (Medium)On est ravis car si on a dégagé plein de place ailleurs, il reste également pas mal de place ici ! Cool !

Prochaine étape : la cave avant (l’atelier)

Publicités

Travail dans le poulailler aujourd’hui. Au fond, l’ancien mur en parpaing n’allait pas jusqu’au bout. Pour remplir ce vide, on a décidé de faire un truc d’inspiration gabion. Une « cage » en grillage remplie de cailloux. J’ai donc fixé deux couches de grillage à poule à droite aux parpaings, à gauche au rocher (à l’aide de vis et de rondelles métalliques). J’ai renforcé le tout avec quelques longueurs horizontales de fils de fer galvanisé. Avec B. on a monté tout les cailloux qui trainaient (il remplissait le seau, je le montait avec une corde) et on a remplit derrière le grillage. Pour éviter que tout le poids ne se retrouve contre le grillage je me suis inspiré des murs en pierres sèches en mettant des grandes pierres plates traversantes toute la profondeur de l’ouvrage en guise de boutisses.
Il nous manque encore une vingtaine de centimètre de caillasses pour terminer mais on était a bout de ressource. Il faudra donc en descendre un peu du terrain.

La semaine dernière nous avons ramassé de la paille de maïs qu’on pourra reprendre sous les perchoirs pour faciliter le nettoyage des fientes. J’ai donc bricolé une porte en grillage pour l’étagère en hauteur histoire que les poules n’aillent pas y semer la zone et tout faire tomber.

Pour terminer, comme on approche de l’age théorique de ponte, j’ai installé un premier nid et on a moulé un œuf en plâtre. Il parait que ça peut être utile :
1) pour motiver la ponte
2) pour leur montrer où pondre.
Après, vu que la nuit commence à tomber très tôt, il est possible que les poules décalent leurs premières pontes au  printemps… Nous verrons bien.

nous avons fait un feu: cuisine  nous avons jetté : compost 50l la météo : beau  pluie le soir 9mm
on a fait du pain 2,7kg on a mangé Midi >reste de porcelet – Soir > enfants :restes risotto, parents : pâte carbo
On a fait les courses:  Lidl 20€ Laitière 10€

La porte du poulailler qui donne sur la cour est réparée. Il manquait deux gonds et la poignée. Par contre le cadre était déjà en place (ne me demandez pas pourquoi les anciens proprios ont mis une porte vers l’extérieur (autant dire la rue) dans une salle de bain…).  Les gonds j’ai pu les démonter sur les fenêtres récupérées chez mes parents pour la future serre. La poignée vient de la fenêtre du grand-père de C. que j’ai installée (en fixe) dans le poulailler.

Le soir C. a repris, avec courage, la peinture de l’escalier (c’est long, très long, les délimitations de baguettes au pinceau fin) et moi je me suis remis aux bacs à fleur en hypertufa (on en reparlera).

M.

  la météo :variable
on a mangé Midi > pissaladière – Soir > enfants : pâte au reste de bonite,  parents : salade

Journée poulailler. Opération « tout fermer, tout boucher ».

A commencer par la fenêtre. Je l’ai encadré hier avec des planches de récup’, il faut maintenant boucher au mortier. Une fois de plus je bénis la chaux ! Une petite poignée dans un mortier de ciment/sable et voilà celui-ci malléable et collant comme du plâtre.  Pas besoin de coffrage, on peut travailler directement à la spatule.

Suite avec la porte qui donne sur le porche. Ça commence mal : j’ai qu’un seul gond à la bonne taille. Je suis obligé d’en usiner un à la meule.

La porte est fixée sur les poutres que j’avais monté et est équipée d’une clenche coulissante récupérée je ne sais plus où. La porte ne nous à pas couté bien chère non plus, elle vient des travaux à l’étage.

Il est grand temps de finir ce poulailler car les poussins commencent à être sérieusement à l’étroit dans leur caisse.

M.

 nous avons jetté : déchets ménager 30l. la météo : beau, pluie la nuit 10mm
on a fait du pain 2,5kg on a mangé Midi > reste bbq et ratatouille – Soir > enfants : salade de tomate + rillettes, parents : pâtes carbonara

Deux morceaux de tuyaux en métal récupérés, une vieille poêle à frire, quelques coups de meuleuse pour découper et ébavurer, quelques recherches d’inspiration sur les sites web des marchands de matériel d’élevage,  de la soudure à l’arc, deux heures de boulot et voilà que nous avons, pour pas un rond, une mangeoire et un distributeur de grain automatique pour nos poules. Le distributeur de grain sera suspendu au plafond pour éviter de trop attirer les petits rongeurs. Il faut maintenant que je trouve une solution pour faire un abreuvoir que j’aimerais avec une réserve et un remplissage automatique.

Sinon, après la cocote-minute lundi c’est aujourd’hui la porte du frigo qui nous a lâché… Après démontage je me suis rendu compte qu’elle était soutenue par une misérable rondelle en plastique qui avait évidemment fini par rendre l’âme. J’ai replacé celle-ci par un écrou en  métal qui devrait tenir deux ou trois bons siècles avant de donner des signes de faiblesse. Franchement, une rondelle en plastique pour soutenir la porte d’un frigo… si c’est pas fait pour casser au bout de trois ans c’est bien imité… Vive l’obsolescence programmée !
Arte avait diffusé un très bon reportage sur le sujet. Si vous ne l’avez pas vu il est disponible ici.

Sinon première récolte au potager (à part les radis), le enfants ont dégusté ce soir les premiers pois mange-tout.

  la météo : gris et frais
on a mangé Midi > spaghetti bolo – Soir > enfants : riz et pois mange tout,  parents : gratin patate au restes de bourguignon
On a fait les courses: Marché 11€,  Laitière 9€

Après-midi à tailler une haie chez mes parents. C’était l’arrangement passé : taillage de la haie contre participation aux frais du poulailler. Vive le troc et l’échange de bons procédés !
Le ciel était noirs de nuage, il y avait un vent à décorner les bœufs, mais toujours pas une goute de pluie… On est pas encore en limitation d’eau (sans doute grâce aux neiges de cet hiver) mais à ce rythme ça risque de ne pas tarder.

Pour la porte du poulailler, j’avais fait l’encadrement avec des poutres récupérées. Manque de bol elles étaient un peu trop courtes. Je les ai donc assises sur des petits blocs de béton cellulaire. Pratique à découper, léger, supportant parfaitement le poids, mais franchement pas très esthétique ! J’ai donc commencé à maçonner un habillage en briques pleines cassées récupérées lors de la démolition d’un mur.
C’est pas la Cathédrale de Toulouse, mais c’est mieux qu’avant. L’autre coté sera fait demain. A 22h je n’avais plus le courage de refaire une auge de béton.

M.

Au potager, les petits-pois mange-tout arrivent ! La première dégustation ne tardera pas.J’ai repiqué du basilic que j’avais acheté en pot à 1€ chez Lidl. C’est généralement pas bien solide ces plantes mais à ce prix ça vaut le coup d’essayer. J’ai planté à coté des courgettes car il semblerait que ça soit deux plantes qui s’aiment bien. J’ai aussi planté de  la coriandre à côté des carottes (association bienfaisante paraît-il). En ce qui concerne toutes ces associations de légumes et herbes au potager, il existe de nombreux sites internet qui les répertorient et les expliquent. On essaie de les mettre en œuvre comme on peut, mais on ne peut absolument pas prouver qu’elles fonctionnent. Une année, les courgettes étaient magnifiques et j’avais mis entre chaque plan un pied de basilic qui était lui-même fantastique : était-ce lié à l’association des deux ou à l’ensoleillement cette année-là, ou encore à la pluie qui tombait juste ce qu’il faut pour les faire s’épanouir ? Aucune preuve en ce qui nous concerne !

C.

  la météo : orageux mais pas de pluie
récupération d'eau 60l. .
on a fait du pain 2kg on a mangé Midi > soupe de fanes de radis et rillettes  – Soir >riz au thon