Quand on habite dans la cambrousse et qui plus est dans un fond de vallée, capter la radio n’est pas chose facile… En gros chez nous avec une antenne standard on ne capte quasiment rien. J’avais donc récupéré cette antenne amplifiée qui améliorait un peu les choses :

Placée en hauteur, au grenier elle a sauvé la mise pendant quelques années mais avec quelques (gros) défauts :
– inefficace par temps de pluie (aucune idée pourquoi)
– on captait à peu près France Inter mais pas du tout France Culture (le reste on s’en fout un peu)
– branchée en permanence c’est une consommation d’énergie inutile
– avoir un truc équipé d’un transfo chinois dans mon grenier plein de poussière et de bois me faisait un peu flipper
– et pour finir elle marchait de moins en moins bien.

J’ai donc décidé de fabriquer ma propre antenne passive (donc non alimenté) avec du matos qui traînait à la cave :

Le principe est très simple (si on ne cherche pas trop à comprendre). Deux tubes conducteur de 757mm (ici du cuivre mais ça peut être de l’acier ou de l’alu) d’un diamètre d’environ 30mm doivent être parfaitement alignés et séparés de 25mm. Cette séparation est importante. Pour plus d’info allez voir ce site dont je me suis plus que fortement inspiré (merci à lui !)

Pour qu’ils soient bien alignés j’ai glissé un tube IRO au milieu. Mais à priori ça marche avec n’importe quoi de non conducteur comme un manche à balais par exemple. On perse de part en part et on met vis/écrous pour ne pas que ça bouge, on en profite pour y connecter les deux pôles du câble.

Si on veux fixer l’antenne au mur on peut laisser dépasser le tube central des deux coté. Mais dans ce cas je déconseille l’usage d’un tube iro qui est trop souple. Attaché au deux extrémités il va se tordre avec le poids et les tubes de cuivre ne seront plus parfaitement alignés. Je n’aurais pas ce problème car je vais poser le tout, à plat sur une poutre du grenier.

Voilà le montage terminé :

Et je le place tout en haut du grenier. La position est importante. Il faut imaginer une ligne entre le relais FM dont vous cherchez le signal et vous. Votre antenne doit être placé le plus perpendiculairement possible à cette ligne.

Pour trouver le relais FM le plus proche on peut utiliser par exemple ce site . Mais il faut faire des essais. Chez moi par exemple j’avais un relais à 10 km, deux autres a 40km et un à 100km. C’est sur celui à 100km que je capte le mieux. Question de relief du paysage sans doute. Attention : la fréquence des radios peut changer selon le relais qu’on capte. Bref faut chercher un peu sur le net et essayer.

Mais toujours est-il que ça marche !

J’ai même le signal RDS ce qui n’était pas du tout le cas avant.

Publicités

Joie ! Enfin une vraie pluie ce matin ! 6 mm ! Ouf !

A force de porter comme un baudet (des cailloux, de l’eau, des fenêtres…)  j’ai réussi à me faire mal à la hanche. Rien de grave mais je suis privé de portage aujourd’hui. J’ai donc opté pour une activité plus soft : j’ai terminé le haut du mur en béton cellulaire, comme ça C. va pouvoir boucler le crépis.
Et puis la journée se termine très bien, il y a une magnifique côte de bœuf qui s’apprête à sauter sur le barbecue. De quoi soigner tous les maux !!
Sinon je vous encourage à écouter l’émission « Partir avec… » (France inter) de mardi dernier. Un dialogue passionnant  avec Nicolas Supiot un paysan boulanger plein de bons sens. Pour écouter c’est par ici.

M.

Après une petite matinée au boulot, il me reste l’après-midi pour me faire plaisir au jardin : je sème un rang de haricots verts qui prolongera la récolte. C »est le troisième rang, à raison d’un toutes les 2 semaines à peu près, car le haricot est un légume « fugitif » selon la paresseuse Patricia Beucher : il ne se récolte que durant 2 à 3 semaines (cf. Le beau jardin du paresseux). Je sème aussi des choux en pleine terre : des choux frisés qu’il faudra repiquer, et des choux cabus, ceux qu’on apprécie chez nous pour faire la choucroute, que je sème directement en place (je les éclaircirai pour garder un plan tous les 50 cm). Quelques graines de courgettes longues, directement en pleine terre, viennent remplacer les deux plans qui n’ont pas pris, piétinés et cassés par les gosses ou le chat, allez savoir. En pleine terre, ça marche aussi bien, mais la récolte est plus tardive, forcément. Les enfants dévorent les premières fraises (des gariguettes assez grosses et des mara des bois bien sucrées).

C.

nous avons fait un feu: barbecue  nous avons jetté : compost 15l la météo : 6mm de pluie le matin. beau l’après midi
semis du jour
on a mangé Midi > 2 aspèrge, 1 gratin de patate, 1 risoto – Soir > enfants : soupe légumes + pâté, parents : côte de boeuf patates sautées
on a retiré : 50 € On a fait les courses: boucher 16€50