Il était temps de récolter les patates cultivées en sac. Vu qu’au potager c’était pas franchement terrible cette année j’espérais secrètement que ce mode de culture sauverait la mise…

Et ben non ! Franchement décevant même. Un poignée de toutes petites patates, à peine plus que le poids des plants de départ… Je vois à ça plusieurs explications. Primo : je crois que nous avons, au début, tué pas mal de plans en les cassant au moment de rajouter une nouvelle couche de terre. Il faudra être plus délicat. Secundo : l’arrosage. Ces sacs étant à l’abri de  la pluie il aurait fallu bien plus arroser. Je me suis laissé berner par la plante en surface qui se portait bien… C’était oublier que sous terre il fallait de quoi développer les pommes de terre. De plus, vu la forme particulière de cette culture, je pense qu’il faut arroser peu souvent mais en plus grande quantité afin que l’eau aille jusqu’au fond du sac. Tertio  : on va dire  que ce n’était vraiment, mais vraiment pas une année à patate.

Le soir, pour consoler mon insondable chagrin face à ce cuisant échec, je nous ai préparer une délicieuse pissaladière. Depuis, ça va mieux !

 nous avons jetté : compost 15l la météo : gris légères pluies 2mm
on a mangé Midi > tourte – Soir > enfants : pâtes bolo, parents : pissaladière

Publicités

Faisons un point sur nos expériences de culture en pots :

Les cornichons vont plutôt bien :

   

Ils ont pris une belle taille et sont en fleur depuis quelques jours. Par contre une petite attaque d’oïdium est visible sur les premières feuilles. J’ai coupé les plus touchées et je vais tenter une pulvérisation de bicarbonate de soude et de lait. Question arrosage : pas de pause possible. Si on laisse passer plus de 48h entre deux coup d’eau les plantes se mettent en berne.

Les tomates « têtes en-bas » :

ça pousse tranquillement. On est bien moins avancé que les tomate en pleine terre mais il peut y avoir de multiples raisons :
– Elles ne sont pas sous serre
– Elles ne sont pas en pleine terre
– L’exposition est plus ingrate (plus de soleil après 15h)
– J’avais choisis les plan les plus chétifs ne voulant pas sacrifier les beaux pour cette expérience plus ludique que pratique.
Néanmoins, les premières fleurs arrivent. A noter aussi que si deux des plants poussent vers le haut coute que coute, le troisième semble se faire parfaitement à sa position tête en bas. Seules les feuilles se tournent vers la lumière.

Les patates en sac :

Rien à signaler. Toutes poussent sans problème. Pas de maladie à signaler, un petit arrosage par semaine. Bref pour le moment c’est de la culture sans soucis aucun.

M.

 nous avons jetté : compost 15l la météo : beau, orage 8mm
récupération d'eau 30l. .
on a mangé Midi >bombasa – Soir > enfants : reste pizza + risotto, parents : polenta aux anchois

Aujourd’hui j’ai rendu le broyeur de végétaux à mon père. Il nous a servi à faire un peu de BRF (nous y reviendrons) pour le potager quand nous avons débroussaillé. Le partage d’outils onéreux est à mon sens, bien que délicat, un fort bon moyen de ne pas sur-consommer. Ce  genre d’outils qui ne servent qu’une à deux fois par an pourraient bien être partagés par 2 ou 3 familles. Reste l’éternel problème de l’usure, de la casse éventuelle etc… Mais en famille, ou entre bons amis, c’est tout à fait gérable.

En suivant les préconisations de Mister Seymour (voir fiche bibliographique ci-dessus) j’ai planté des pommes de terre Bindje en sac (l’idée est de planter dans 20 cm de terre, puis de recouvrir de terre à chaque fois que les feuilles sortent de terre (nous en reparlerons si ça marche)) et des cornichons en pots suspendus pour éviter les limaces qui sont friandes de ces plans.

M.

 la météo : beau +  légères pluies 3mm
récupération d'eau 30l.
on a mangé Midi > gâteau de semoule bolo – Soir > invité
on a retiré : 30 €