>>> re-publication d’un article de juillet 2009 sur mon ancien blog <<<

La courgette est un animal étrange… Par moment il ne donne aucun fruit pendant une semaine, et puis tout d’un coup il se réveille et vous pond 3 énormes  battes de base-ball en deux jours. Pour peu que vos 4 plants complotent pour vous livrer ça de concert, vous voilà avec un frigo plein et pas forcement l’envie de courgetter matin, midi et soir (aussi bonnes soient-elles). Et puis au mois de janvier vous regretterez cette opulence regardant d’un œil morne  les courgettes insipides du supermarché.

C’est pourquoi, pas plus con que la fourmis de l’autre, là, nous allons faire des réserves !!! Et comme le congélateur est dejà presque à saturation trouvons d’autres solutions.

On commence tout de suite par des bocaux de courgettes à la tomate avec la récolte de ces 2 derniers jours :
image001Pour cette recette on va utiliser la courgette ronde, une grosse et une petite.

image002On coupe les courgettes en morceaux de taille moyenne. Si nécessaire on enlève un peu les graines si elles sont grosses. Par contre comme il n’y a eu aucun traitement chimique, on laisse toute la peau (ou se cache une bonne partie du goût et des vitamines).

image003On émince grossièrement deux oignons et on cisèle une dizaine de feuilles de basilic.

image004Après avoir fait revenir les oignons dans 3 cuillères a soupe d’huile d’olive on rajoute les courgettes et on laisse bien suer 5min à feu assez fort en remuant souvent.

image005Comme les tomates du jardin ne sont pas encore mures on rajoute 3 boites de tomates entières pelées qu’on aura coupé finement. Sel, poivre, on couvre et on laisse à feu doux pendant 20 à 30 min en touillant de temps en temps. Il faut arrêter avant la cuisson complète, car la stérilisation des bocaux va recuire tout ça.
2 minutes avant de couper le feu on rajoute le basilic.

image006Sans laisser refroidir on verse notre préparation dans des bocaux avec leur caoutchouc et on ferme.

image007Pour la stérilisation c’est toujours la même histoire : une grande casserole avec un chiffon au fond, on place les bocaux, on cale avec des chiffons, on couvre d’eau jusqu’à dépasser le niveau des bocaux et on met sur le feu avec un couvercle. A partir de l’ébullition on compte 1h à 1h15. On laisse refroidir les bocaux dans l’eau.
Le lendemain il n’y a plus qu’a vérifier que les bocaux sont bien sous vide (il ne doivent pas s’ouvrir) et stocker ça à la cave ou au cellier.

Publicités

Les plans de tomates étaient prêt depuis un bout de temps…
tomates1 (Medium)On peut même dire qu’elles commençaient à se sentir à l’étroit dans leurs gobelets à café. Le problème, c’est que vu la météo j’ai pas trouvé un seul moment à peu près sec pour monter la serre.  Mardi dernier, Météo France annonçait une petite ouverture de beau dans l’après-midi, j’ai donc immédiatement posé un demi-jour de congé et je me suis lancé au plus vite.

tomates2 (Medium)Comme l’an dernier : structure posé au fond sur le mur, devant sur 4 piquets de vigne solidement plantés.

tomates3 (Medium)Puis un lattage (dans le sens de la pente) avec de la latte à toit. Ensuite, bâchage.

tomate4 (Medium)Bien entendu : gouttière et bidon de récupération de l’eau.

tomates5 (Medium)A 18h il pleuvait de nouveau. Mais j’ai pu terminer les finitions au sec.

tomates6 (Medium)Mercredi C. a pu commencer à planter. J’ai continué aujourd’hui mais j’ai du arrêter par manque de ficelle de tuteurage.  Dans le trou de chaque plant, nous mettons une bonne poignée de  compost et, nouveauté, un peu de poudre d’os que j’ai fait cet hiver en brulant des os dans le poêle à bois (nous en reparlerons).

Bon, vu que nous sommes déjà en juin, il ne nous reste plus qu’à espérer un bel été indien….

Pour une fois qu’on avait semé les tomates à temps, c’est la météo qui nous a joué des tours. Avec cet hiver interminable, les semis ont mis un temps fou à sortir de terre. De plus en l’absence de soleil ils ont fait d’énormes tiges, sacrifiant leur énergie, espérant trouver de la lumière plus haut, au dépend de la fabrication de feuilles.

13-04-19 002 (Medium)C. avait déjà rempoté les St Pierre la semaine dernière et je me suis collé aux Marmandes, Roma et  Roses de Berne hier soir. Comme pot nous avons utilisé des gobelets à café que j’ai précieusement gardé depuis décembre au boulot. Financièrement c’est une économie ridicule, mais c’est toujours ça de déchet en moins.

Pour différencier les variétés j’ai mis des traits de tipex sur les pots. Un trait pour les Roma, deux traits pour les Marmandes etc…

Comme les tiges sont très longues on peut les enterrer un peu plus (si possible en les courbant légèrement pour ne pas aller trop profond dans la terre) ça favorisera la création de nouvelles racines. Mais il ne faut jamais dépasser le niveau des cotylédons (les deux premières « feuilles » qui apparaissent) sous peine d’affaiblir gravement, voir fatalement la plante.

Une fois tout ça mis en plateau, nous les exposons à nouveau derrière une grande fenêtre ensoleillée. Nous arrosons quasiment tous les soirs avec une bouteille dont le bouchon a été percé à l’aiguille, ça évite de mettre de l’eau partout.

Maintenant il va falloir penser à monter l’abri dans le jardin et espérer que le printemps et bel et bien là !

13-04-19 003 (Medium)

Même si l’automne c’est demain, le potager continue à donner. Les tomates font même encore des fleurs. Mais je pense que je vais les couper car, sauf miracle climatique, elles n’auront pas le temps de faire des fruits à maturité avant les premières gelés.  Je préfère donc que les plans concentrent leurs énergies à faire murir les nombreux fruits verts encore présents.

Et puis j’ai continué le rangement du porche… c’est gentil de ne rien jeter et et récupérer plein de choses… mais ça demande une sacrée logistique et pas mal de place de stockage !

nous avons fait un feu: barbecue nous avons jetté : verre 1 bac la météo : beau
on a mangé Midi > Joue de porc – Soir > enfants : pâtes au jambon, parents : poisson au bbq
On a fait les courses: Coop : 5€

Les tomates « tête-en-bas » donnent leurs premiers fruits.
C’est pas franchement un succès : ils sont petits et très peu nombreux. Il y a sans doute à ça plusieurs explications :
– la situation : ils sont placés dans un lieu peu ensoleillé.
– la qualité des plants : ne voulant pas « gâcher » un beau plan dans une expérience hasardeuse, j’avais pris les plus petits plans de nos semis. En gros ils étaient déjà assez mal partis dans la vie.
– l’arrosage : vue la taille des pots, il faudrait arroser tous les jours… ça n’a pas été le cas surtout pendant nos vacances.
– les nutriments : là encore la taille du pot fait qu’il faudrait engraisser la terre avec de l’engrais liquide pour que la plante ait assez de nutriments…

En bref à part le coté « rigolo » de la chose, ce mode de culture ne m’emballe pas plus que ça. Je ne pense pas renouveler l’an prochain.

Sous la serre par contre ça pousse toujours bien. Comme j’ai beaucoup de « petites » Roma j’ai décidé d’essayer de faire des tomates séchées. L’idéal serait un séchoir solaire, mais comme je n’ai pas eu le temps de fabriquer ça cet été, ça sera au four. Si le résultat est bon je publierai la recette prochainement.

Sinon on a trouvé une solution provisoire pour les poules fugueuses : On ne les sort que vers 17/18h. Comme elles « savent » que c’est le soir, elles ne vont pas trop loin. A 19h elles ré-intègrent le poulailler d’elles-mêmes. On a des poules qui ont réussi leur vie, à 5 mois elles ont déjà une Rolex !

M.

 nous avons jetté : compost 5l. la météo : beau
40l.
on a mangé Midi > risotto aux quiche et de pizza – Soir > enfants : omelettes au trompettes, parents : andouille + salade

Youpi !!! Grâce à mes parents (merci papa ! merci maman !) on a acquis deux cuves de 1000l pour la récupération de l’eau. On n’a pas encore bien décidé comment on va organiser ça mais faudra s’y coller avant le printemps.

L’après midi, avec les enfants, on s’est dit que vu le temps automnal, il faudrait peut-être aller voir s’il n’y avait pas eu une poussée de trompettes des morts. Riche idée ! Elles étaient bien là, super fraiches, super grosses, et en belle quantité ! Un bon kilo cueilli en moins de trois quart d’heure sur une surface moins grande que celle d’un terrain de foot.  On va y retourner très vite !

Le soir, C. a nettoyé à fond le poulailler pendant que je m’occupais des récoltes au jardin. Encore beaucoup de tomates, de haricots et de framboises. Donc pour terminer la journée : stérilisation de haricots et de tomates et préparation de glace à la framboise (recette à venir).

 la météo : matin pluie 4mm, après-midi plutôt gris
on a fait du pain 2,5kg on a mangé Midi > invité – Soir > enfants :pizza, parents : quiche aux trompettes

Malgré la rentrée des classes, B. et A. continuent avec passion et patience à ramasser les noisettes et les nettoyer de leurs enveloppes protectrices.
Le ramassage de la noisette est une tâche à renouveler chaque jour ou presque pendant la quinzaine où elles sont mûres, car une fois au sol elles sont très vite réquisitionnées par les petits rongeurs en guise de réserve hivernale. C’est une bonne année, elles  sont grosse, peu véreuses et la quantité est en rendez-vous.

Du coté du poulailler ça tourne au délire. Ce matin on a récupéré une poule sous une cuve de notre voisin viticulteur et cet après-midi deux autre dans le jardin de la voisine. Il est grand temps de faire leur enclos !

Le soir j’ai fait la première sauce tomate avec les tomates du jardin pour la pizza. ‘a pas a dire, c’est quand même autre chose que les tomates en boite….

 nous avons jetté : compost 15l déchets ménager 30l. la météo : gris légères pluies
on a mangé Midi >reste risotto – Soir > tomates farcies aux œufs , parents : pizza